La naissance de Bobines et Coquillettes

 

Et voilà mes premiers mots posés sur la toile…

Pourquoi ce nom me direz-vous?Parce que c’est un peu mon quotidien! Essayer de trouver du temps pour coudre entre 3 assiettes de coquillettes au jambon pour Margot, Joséphine et Marius.

Et puis les coquillettes, ça me fait penser à nos premiers fait-main d’enfance… le fameux collier de pâtes pour la fête des mères !!! Le début d’une histoire d’amour avec le DIY.

Une étape Scrapbooking !

Commençons par le commencement, j’aime faire depuis toujours des choses de mes 10 doigts : ça a commencé par le scrapbooking il y a 15ans, les sacs en feutrines et les bijoux crées… Tout cela plus ou moins réussi… faut être franche ! Mais toujours fait avec envie et plaisir !

J’ai passé des heures, des journées  à La Droguerie des halles, c’était un lieu magique, féérique. Toutes ces petites boîtes, ces perles, ces laines, ces rubans, ces milliers de rangement. Un vrai paradis pour moi, je m’y sentais chez moi…

Le tricot, une expérience mais quelle expérience…

Donc, après avoir offert à mes amis et famille des bijoux, des sacs, des pochettes de téléphone fait avec amour, est venu le temps de la maternité et l’envie de me mettre au tricot. Là aussi, des débuts assez drôle avec une première couverture ressemblant au gilet offert par Thérèse dans « le père Noel est une ordure » mais encore et toujours faite avec mon cœur. Ma première fille s’est lové dedans pendant des mois. Chacun de mes 3 enfants a eu sa couverture de naissance, de plus en plus jolie, mon dernier Marius aura hérité de la « sans trous » ! Mais aussi des écharpes pour les Noel de mes amies.

Je suis restée au tricot carré ou rectangle, pas trop d’excentricité quand même !

Allons-y pour la couture…

Et puis l’envie de coudre a commencé à me titiller il y a une dizaine d’années, avec l’impression que c’était très difficile. N’ayant jamais utilisé de machine à coudre et avec, comme seule valeur ajoutée de savoir recoudre les boutons, je me disais que je n’irai pas très loin…

Et voilà que ma mère me donne sa machine qu’elle n’utilisait pas car elle connaissait mon envie de découvrir la couture. Elle-même non couturière, comment allais-je apprendre ???

L’idée de coudre était toujours présente, mais je me trouvais toujours des excuses pour ne pas y toucher, manque de temps, manque de connaissance… ma machine, attendant patiemment…

Et puis je me lance !!!! Il y a 4 ans, je regarde si je trouve des cours de coutures, et voilà-ti pas qu’il y en avait dans ma ville !!!!! J’ai commencé à toucher à cette sacrée machine, qui me paraissait tellement compliquée à apprivoiser.

Ma prof m’a permis de ne plus appréhender, et de rendre tout accessible, faisable… Elle me disait toujours « t’inquiète, choisis le patron qui te plait, la difficulté, ce n’est pas grave, on est là ! »

J’ai fait des petits hauts en liberty (car je vouais une admiration sans faille pour ce tissu), des robes pour Margot et Joséphine, une poupée pour ma filleule, un pyjama (avec boutonnière faite main, s’il vous plait mesdames !)… Et vous savez quoi ? Ce pyjama que j’ai mis tellement de temps à faire, si difficilement, et bien jamais mis car mon fils le trouvais trop raide, pas doux, rrrrrrrr j’vous jure !

Bref, pendant cette année j’ai découvert la couture, l’univers des magasins de tissus, les heures au magasin Reine, aux halles Saint Pierre, l’odeur de la craie à tissu, les heures de repassage, les coutures plates, les patrons, le droit fil, le biais, la marge de couture, les râtés, les loupés, découdre ce qu’on a fait… j’ai surtout appris qu’en couture il fallait être patiente et minutieuse… et mon entourage vous dira que je suis TOUT sauf patiente et minutieuse !

Mais c’est peut être ça au fond qui m’a plu… Le seul moment où je me dois de faire attention, de prendre mon temps…

La couture est un peu ma thérapie!

Et puis voilà, nouveau boulot, vie a 300 à l’heure avec 3 enfants, comme vous devez connaître. Fatiguée, sans aucune motivation pour coudre, ni envie d’ailleurs. Une parenthèse de vie, ou le quotidien prend le dessus et où les priorités sont différentes à ces périodes de vie.

Puis, il y a 15 jours, voici l’apparition d’un second souffle…

A très bientôt pour la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *