C’est décidé, je me lance… Mais sur quoi et comment ?

Alors voici un peu comment je procède, en mode « j’vais tout déchirer! »

N°1 :   Je recherche de l’inspiration

Je farfouille, m’inspire, je cherche. Je regarde le niveau de difficulté, les petites pièces qui me plaisent, celles auxquelles je dois renoncer par manque d’expérience, trop belles mais tellement complexes…

Magasines (Burda, Victor…), bouquins (atelier Charlotte Auzon, Dressing Chic…), internet (The sweet mercerie, lefilacoudredanna, république du chiffon…)

N°2° :   Le choix du tissu et l’achat

Mon moment que j’adore !!!! Choisir un tissu que j’aime, selon mon humeur, mon envie, les bons plans aussi !

Je regarde toujours dans la pièce que je choisis la ligne et non la couleur ou le tissu. C’est ça qui est sympa, de pouvoir personnaliser le modèle à sa sauce. Habitant dans le 95, je vais le plus souvent chez Mondial Tissu. Sur le net, il y a de très beaux tissus mais en novice que je suis, je n’ai pas encore le savoir adéquat pour être certaine de mes choix sans toucher la marchandise. Bientôt j’espère!!!!

N°3 :   Réalisation du patron

Je prends le patron et le calque avec le papier transparent Burda, ou alors de la couverture transparente pour livres, ça marche aussi très bien ! Et je trouve ça, perso, beaucoup plus clair que le papier blanc, et plus souple.

Je m’arme de ma craie à tissu, de mes épingles, et c’est partie pour le calque du patron sur le tissu.

Attention, pensez à bien regarder avant si les marges de coutures sont prises en compte ou non dans le patron et aussi toujours attention au droit fil, c’est hyper important.

Je ne lave pas spécialement mes tissus, mais il parait que c’est mieux et, surtout, je pense qu’à un certain niveau, quand on travaille des tissus un peu complexes, c’est indispensable !

N°4 :   Assemblage des tissus à la machine

Ca y est on est dans le dur !!!! Penser à régler le point, la longueur, la largeur, la tension, le pied de biche…. Je vous dis ça car je n’avais pas du tout cet automatisme et en cousant ma cape, j’ai vu ô combien c’était important.

N°5 :   Repasser sa création

C’est aussi important que les finitions coutures, cette finition est indispensable.

Dans le prochain article, j’applique ma méthode… Et oui, j’ai trouvé l’inspiration donc ce sera une CAPE.

A bientôt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *